Parti politique à Yverdon-les-Bains

Projection du 19.novembre 2020 ANNULEE

Rédigé par admin2 - -

Chers amis du Cineclub militant,

La projection du film sur le Sahara Occidental:

"une République en Exil"

pour le triste anniversaire des 10 ans des évènements de Gdaim Izik, malheureusement la pandémie nous empêche de tenir cette soirée au Tempo à Yverdon.

 

La séance de ciné club militant du jeudi 3 décembre est aussi annulée

 

Mais des prisonniers sahraouis croupissent en prison depuis ces évènements de Gdaim Izik en 2010 et à la suite d'un procès complètement inéquitables qui a eu lieu au Maroc.

pour en savoir plus

https://www.fidh.org/fr/regions/maghreb-moyen-orient/maroc/maroc-sahara-occidental-prisonniers-de-gdeim-izik-deja-10-ans-de

 

D'autre part des évènements graves de rupture du cessez le feu par le Maroc ont eu lieu début novembre, dans le sud du Sahara Occidental

En annexe, à ce propos, voici le communiqué de presse du comité suisse de soutien au peuple sahraoui

Lors de cette soirée il était aussi prévu que l'ADER/S, (Association pour le développement des Energies Renouvelables/ Sahara Solaire Solidaire) vous présente son projet solaire au Sahara, voici l'adresse de cette association dans laquelle des Yverdonnois sont impliqués depuis une vingtaine d'années.

www.adersahara.org

 

Le Maroc viole le cessez-le-feu au Sahara Occidental

Rédigé par admin2 - -
18 novembre 2020
Communiqué
Le Maroc viole le cessez-le-feu au Sahara Occidental
Les comités signataires condamnent fermement l'agression militaire marocaine à Guerguerat, qui constitue une
grave violation du cessez-le-feu signé en 1991 par les deux parties au conflit. Des civils sahraouis bloquaient
depuis octobre le poste de passage illégal de Guerguerat à la frontière du Sahara Occidental avec la Mauritanie,
afin de protester contre la persistante occupation militaire illégale d’une grande partie du territoire du Sahara
Occidental par le Maroc et contre l’utilisation de ce passage à des fins de pillage des richesses du pays. Ils ont été
attaqués par l’armée marocaine le 13 novembre.
Pour les comités signataires, il est temps que l'ONU, son Secrétaire général, le Conseil de sécurité et le commandement
de la MINURSO considèrent la situation avec la plus grande urgence et prennent les décisions qui s'imposent : affirmer
publiquement que le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara Occidental qu'il occupe depuis 45 ans et reprendre
immédiatement l'organisation du référendum d'autodétermination, qui doit redevenir la priorité du Conseil de sécurité et
donc de la MINURSO.
La MINURSO n'ayant pas de mandat de protection de la population civile, les signataires en appellent au CICR pour
qu'il se rende immédiatement au Sahara Occidental occupé pour une intervention humanitaire. tel que le prévoit le Droit
Humanitaire International. Les forces marocaines répriment violemment la population civile sahraouie des territoires
occupés qui se mobilise pacifiquement avec les réfugiés sahraouis pour soutenir les combattants.
Le Conseil fédéral a défini ses priorités pour l’Afrique du Nord dans sa «stratégie MENA, Moyen-Orient et Afrique du
Nord 2021-2024» qui vient de paraître. Il cite le conflit du Sahara Occidental comme une source de déstabilisation de la
région, qui doit trouver une solution. Il affirme que sa première priorité est la paix, la sécurité et les droits de l'Homme.
C'est donc aussi un appel à la Confédération suisse que lancent les Comités signataires, pour qu'elle propose ses bons
offices et rencontre rapidement les deux parties: le Front Polisario et le Maroc.
Le Royaume du Maroc occupe par la force le territoire du Sahara Occidental depuis plus de 40 ans. Le Front Polisario,
mouvement de résistance au pouvoir colonial d’abord espagnol, dès 1975 marocain, reconnu depuis 1979 par les
Nations unies légitime représentant du peuple sahraoui, a combattu l’occupant marocain jusqu’en 1991, date de
l’entrée un vigueur d’un cessez-le-feu. Le Maroc a aménagé par la suite un passage dans la région de Guerguerat à
travers le mur qu’il avait érigé illégalement dans les années ’80 et qui fait 2700 km de long, séparant le territoire du
Sahara Occidental en deux parties, un passage qui viole soit le Plan de paix qui a suivi le cessez-le-feu, soit les Accords
militaires entre les deux belligérants. Ce passage permet le transport vers la Mauritanie des richesses du Sahara
Occidental, fruits, légumes, poissons, et aussi du haschich du Maroc.

SIGNATURES
Comité de soutien au peuple sahraouis / contact@sahraoui.ch
Association pour un Référendum libre et régulier au Sahara Occidental / arso@arso.org
Bureau International pour le Respect des Droits de l'Homme au Sahara Occidental /
christiane.perregaux@unige.ch

Contacts presse : Christiane Perregaux, 032 846 14 89 - 077 472 31 57, Keltoum Irbah 079/256 61 37.
Référents pour la presse : Professeur Marcelo Kohen (Graduate Institute Geneva) marcelo.kohen@graduateinstitute.ch
Professeur Marco Sassoli (Droit International Humanitaire-Université de Genève) Marco.Sassoli@unige.ch
Fil Rss des articles de cette catégorie